Projects list

Featured

Here are the list of my projects featured in this blog, with their status:

  • JSON-RPC client implementation in Haskell (started: repo is here)
  • RFC 707 implementation in Haskell (on hold)
  • ONC RPC client implementation in Haskell (not started)
  • AWT implementation in curses, using caciocavallo (not started)
  • Haskell compiler in Haskell (not started)
  • file(1) implementation using shared-mime-info as its source of information (started: see here) That project's in Perl.

For the time being, all my projects are on hold or not even started due to my studies…I will however talk about my RFC 707 implementation project, given it already started.

N.B. : I may do some of these projects also in other languages (e.g. Perl) if the fancy takes me.

Game report: Sunless Citadel

Welcome to this new series of Game/Session reports, where I do reports of my D&D games with the LJF crew…more or less in character ^^

Dramatis personæ

  • Naesala Naïlo: Foul-mouthed elven smith, the group’s tank, off-physical damage dealer and off-scout. Part-time sneak, part-time swordfighter, part-time translator, full-time trouble magnet (my character).
  • Irina Varden: Happy-go-lucky human swordmistress, the group physical powerhouse and off-tank. Part-time conscience and full-time monolingual member (Jackie’s).
  • Dessia: Wise dwarven priestess, Wee Jas’s faithful servant, the group’s healer, divine caster and off-magical damage dealer. Dwarven translator of choice and, while the pace-setter, generally not the one setting the group’s course (NPC party member).
  • Vasco: Aloof elven thief, the group’s scout and back-up arcane caster. Tend to be slightly more greedy than his fellow elves. Left the group on their first return to Oakhurst (Malcolm’s).
  • Dain Wintersheen: Dragon-obsessed dwarven shaman, the group’s buffer and tertiary physical damage dealer and tank. An font of dry humour who joined during their second go at exploring the citadel (Nick’s).
  • Dever Deveris: Terminally curious elven wizard, the group’s arcane caster and magical damage dealer. An endless source of more or less sane ideas joining during their last trip through the fortress (Beth’s).

Report

N.B. : This report was unfortunately done a fair amount of time after the fact and without the benefit of the logs, so errors are expected.

So, I left Adri Forest in order to finish my training in Knurl: according to the smith back home, the best blacksmiths are over there. While I was checking if I still knew some goblin («Vanakkam, khun mei pakka zwifi, zurbi et torbi?» …That should do.), I noticed that I hadn’t enough money left to pay for my prospective apprenticeship. The area not being amenable to…fund raising, I decided to find a mercenary job in the closest town, Oakhurst. On my way there, I found a fellow elf prey to a terrible lack of funds, one Vasco, and we decided to find a job together: whatever we’d need to do together being likely to pay quite a bit more than jobs we could take up alone. Once in town, two things jumped at us: first the gloomy atmosphere…which might be due to the half-destroyed buildings around. Second though were the prominent flyers for a group of mercenaries by the inn. Only 2000 gold coins but eh, money is money. So we went to the burgomaster’s house; met our two new companions over there — one Irina, wandering swordfighter and one Dessia, novice in the local temple of Wee Jas — and were informed of the nature of our mission by lady Hucrele, burgomaster by interim. Apparently the neighbouring ruins are inhabited by a tribe of goblins who are in the habit of selling magical apples in the area. However, they generally forbid people to plant these apples’ cores. Earlier this year, the burgomaster — lady Hucrele’s father — decided to try planting a core in their house’s courtyard. The goblins got wind of that, came in to destroy the sapling, raided the town and killed the burgomaster in the doing. Lady Hucrele’s brother and sister went into the ruins with a few warriors for a punitive expedition while she was left there to hold the fort a few weeks ago and they still don’t have any news of them. So our mission was to go to the ruins and try to save the members of the expedition. Barring that, to retrieve the siblings’ signet rings.

So, first things first, we went in town to get some information about the ruins…only things we learnt were that the ruins were also inhabited by a tribe of kobolds and that it was called the Sunless Citadel because a long time ago a green dragon happened and sank it into the ground. So after we slept and bought some supplies for the expedition ahead, we arrived to the rift left by the dragon. And of course, after abseiling on a tower, a group of rats were waiting for Vasco and I. We fortunately made short work of them and went down the tower to reach the courtyard…where another group of rats were waiting for us. These were killed quicker still, the only tricky part being when I accidentally triggered a pit trap when trying to flank one of the rats, but no one got hurt this time.

Once inside, we got our first taste of the conflicts we’d see across the citadel: the left-overs of a three-way battle between humans, kobolds and goblins. And a recent one at that… After yet another fight against rats, we found a secret alcove, disarmed the trap in the entrance and called it a day. After declining to explore the other hidden passage on the grounds that it didn’t seem to have been used for a long time, learning that Irina got poisoned against that last group of rats — and being convinced by her to continue exploring — we went north. In the first hall, we found a chapel with some skeletons and a dubiously enchanted whistle as well as a sleeping kobold…who lost no time hiring us on behalf of his tribe. So we were led to one Yusdrayl, elder of the kobold tribe, and hired to retrieve a young white dragon from the goblins in exchange of Glodayl — the sleeping kobold — serving as a guide in the goblin-held part of the complex. After accepting our new assignment, we headed north once more, fought another group of rats, found an exploring dwarf — Dain — searching some cells and convinced him to join in rescuing the white dragon.

Continuing deeper, we entered the goblin-held part of the complex where we quickly found a group of goblins trying to break in Icciarag — the white dragon we were to retrieve —, had an insults contest with them — that I won by virtue of being well-versed in far more languages than the goblins —, had a long and protracted fight with them and their reinforcements and had Dain & Irina put their foot down that they were here to rescue Icciarag, any capture attempt would be done by Glodayl. By his lonesome. In any case, that question quickly became moot because Glodayl got himself killed on the way back when during a subsequent melee he tried to take Icciarag and run while we were busy dislodging a group of goblins from their makeshift barricades and got frozen by the dragon for his troubles. Glodayl not being here anymore to rat us out, we went out to free Icciarag and did a short trip to town where Vasco called it quits, we paid for a priest to heal Irina…and were alarmed by the dismal state of the common pot.

Getting back into the goblin-held area after having lost our guide, we found a few storage rooms with not much of interest and entered clan Durbuluk’s living quarters. A first melee in the main hall ended up with me getting the first group to throw down their weapons by sheer annoyance while the second fight against the chief ended in the shaman surrendering once we killed his boss. And in us learning of our boss’s brother’s fate and pocketing his signet ring, important that.

After receiving the clan’s surrender, upsetting the balance of power in the area and looting a few trinkets — some scrolls and a ring — we went to the kobolds to inform Yusdrayl of our guide’s death. Once learning of Icciarag’s get-away though, she turned on us. Oh well, another fight it is… I learned two important things during that fight: first, not all chiefs have any regard for their subordinates’ lives. Second, I don’t like Magic Missile.

After wrecking even further the balance of power in the citadel and another trip to Oakhurst to both inform our patron of her brother’s fate and get a pair of thunderstones to deal with spellcasters, we decided to postpone exploring the ground level further and went down the passage we had found in the goblin living quarters. On going down, we got our first encounter with murderous shrubbery and tangled with an axe-wielding hobgoblin going on about the Sublime Way. We got out of that fight a magical two-handed axe, that Irina’s fighting style apparently is part of the Sublime Way, and our first instance of something which will subsequently plague us: generally not being able to hit the broad side of a barn. Fortunately our enemies were also afflicted by that by then so the next fight against a bunch of creepy cultist goblins in a lab went well enough.

Exploring the underground, we found a few interesting things: an Underdark access we avoided entering any further than to confirm it goes there, a greenhouse full of bloodthirsty bushes, papers on a dwarven extremist group’s resurrection, some more cultist goblins…and a mad druid by a gnarled evil tree intent on brainwashing the region through his rampaging sprouts. Ah, and lady Hucrele’s sister’s fate: brainwashed with her bodyguard. He was kind enough to expose his plan before setting his minions on us: get as many people as possible planting his magic apples on the surface so that he gets an army of mind-screwing shoots to conquer the area and impose his twisted utopia. After the mandatory boss banter, it was time for a last dance…which despite a well-placed opening move of a thunderstone to the druid’s face didn’t go so well for us until Dessia told us that his weak point was the tree. Being the closest — and holding the torch…why isn’t the lone human holding the light you say? I’m the only one who doesn’t need both hands to fight — I set it on fire and poured a flask of oil on it for good measure. The druid screamed and fell, the goblins broke and ran, the Hucrele sister fell catatonic…and the bodyguard went berserk. He almost got Dain, Dessia and me — and my plan to slip out using the cover of darkness failed when he revealed a light of his own — but a javelin to the face solved that problem nicely. Once he was down, we tied up both brainwashed victims and went to sleep…only to wake up to both having become plant matter hybrid things during the night. It was more than a bit creepy, so we relieved the Hucrele sister of her personal effects and of her signet ring, her bodyguard of his magic longsword, and set the whole place ablaze.

After going back to Oakhurst to inform lady Hucrele of her sister’s fate, of the Underdark entrance present in the ruins and get paid; we decided to go in one last time to finish exploring the place. Once in the kobold quarter we dropped by quickly last time, we found an elven sorcerer held in their jail…sorry Dever ^^ After finding nothing else of interest in the place but two goblins we freed and pointed towards the shaman’s group, we explored the dragon statue fountains we passed by the first time around…where Dever got himself cursed and buffed. Gain some, lose some. We also explored the corridor behind the secret door in the first hall, where we advanced veeeeery slowly because everyone but Dain was caught by the defences. After he shut them down, we found a trapped corridor where I dropped like a stone due to a lucky dart thrower, an imp we involuntarily freed and a dragon priest we decided we would deal with later. Like a decade later.

All in all, it wasn’t a bad adventure: we didn’t earn that much money nor did we get that many magic items, but I found a few colleagues on the way to Knurl and we found our next destination.

Melbourne la merveilleuse: Festivals divers, troisième épisode

Bienvenue dans le sixième post d’une série consacrée aux événements se déroulant au moins partiellement à Melbourne, capitale sportive et culturelle du pays. Cette fois, nous parlerons une fois encore de divers festivals se déroulant en ville.

Blason de la ville de Melbourne

N.B: Vu que je parlerai de multiples événements, voilà un blason de la ville plutôt que le logo de l’événement 😛

Anzac Day

Shrine of Rememberance à Melbourne
Anzac Day…ou les célébrations en l’honneur des participants de la désastreuse, militairement parlant, campagne de Gallipoli. Lest we forget, indeed… Les célébrations de l’Anzac Day comportent un service commémoratif se déroulant à l’aube du 25 avril et une marche avec les vétérans. Il est de tradition ce jour que d’acheter des coquelicots en l’honneur des défunts. Comme par example cette installation sur Federation Square, née de la volonté d’une habitante de Melbourne d’honorer son père:
Coquelicots de l'Anzac Day à Federation Square

Melbourne Comedy Festival

Logo du Melbourne Comedy Festival
Le Melbourne International Comedy Festival est un festival d’humour se déroulant tous les jours sauf le lundi sur environ 4 semaines à cheval entre mars et avril. Il y a des spectacles divers, la plupart payant mais certains — ceux se déroulant à Federation Square et City Hall Square — gratuits. Tels que, par exemple, le spectacle de danse suivant:
Laugh out au Melbourne Comedy Festival

Conquest

Logo Conquest
Conquest est un festival de jeux ayant lieu le week-end de Pâques à la Melbourne High School…au même endroit que l’Arcanacon que j’y pense. Il s’agit en fait du pendant automnal de l’Arcanacon, donc avec la même orientation wargames et jeux de rôles, et les mêmes possibilités de tests 😄

The Light in Winter

Logo de The light in Winter
The Light in Winter est un festival consacré à la lumière et aux installations usant de lumière. Il dure 3 semaines, du 1er juin au solstice d’été et est caractérisé par de multiples exhibitions tout autour de Federation Square. Telle que celle-ci, une installation à base de lasers dans Fed Square proprement dit:
Molecule of Light
Ou celle-ci, une installation dans les murs en verre de l’Atrium qui montre de magnifiques fausses fleurs:
Luminous Intervention

Voyage à Melbourne: un tour au musée

Bienvenue dans la troisième partie de cette série de posts sur Melbourne! Je continuerai ma visite avec divers musées répartis dans toute la ville.
Blason de la ville de Melbourne

Shot Tower Museum

Shot Tower, vue interne
Ce musée sis dans la Shot Tower éponyme, sous le dôme de verre de Melbourne Central est consacré à l’histoire de la ville, principalement aux débuts d’icelle. Hélas, les informations du musée changent assez vite de focus et passent d’une vue globale de l’évolution de la ville à une vue plus restreinte de l’évolution de l’industrie des plombs dans le Victoria et de la gare de Melbourne Central à partir de circa 1910 et la fédération de l’Australie. Mais je suppose que garder le focus initial aurait nécessité de transformer en galeries plus d’un niveau de la tour.
Shot Tower Museum, travées

National Gallery of Victoria

National Gallery of Victoria (Southbank)
Sise dans Southbank (ci-dessus) et à Federation Square,
National Gallery of Victoria (Fed Square)
ce musée d’art de l’État de Victoria — le plus vieux de son genre en Australie — dispose d’une solide collection d’œuvres de l’époque de la colonisation de l’État, que ce soit à Federation Square,

ou à Southbank dans ses collections permanentes.

Les collections temporaires, par contre, ont plus l’air de favoriser l’art comptemporain à Southbank

et le design à Federation Square.

Immigration Museum

Immigration Museum
Le Musée de l’Immigration, sis dans l’ancien bâtiment des Douanes, traite comme on pourrait s’en douter de l’histoire de l’immigration en Australie. Assez instructif, avec des parties sur les méandres de la politique d’immigration australienne («White powa!» marche moins bien quand tes bassins de migrants sont les archipels océaniens et l’Asie…), des expositions sur divers sujets tels que les raisons de migrer,

et les conditions un poil à l’arrache de l’arrivée des premiers migrants européens.

Melbourne la merveilleuse: Coupe du monde de cricket 2015

Bienvenue dans le cinquième post d’une série consacrée aux événements se déroulant au moins partiellement à Melbourne, capitale sportive et culturelle du pays. Continuons avec ce qui est probablement l'événement sportif le plus attendu localement cet été: du cricket!

Logo de la coupe du monde de cricket 2015

Généralités

La coupe du monde de cricket a lieu tous les quatre ans depuis 1975. Sa première édition s'est déroulée en Angleterre, qui a le douteux honneur d'être la seule équipe finaliste à n'avoir jamais gagné et les recordmen de finales perdues (3 finales). Cette année, comme en 1992, la coupe du monde est organisée par l’Australie et la Nouvelle-Zélande et la finale, cérémonie d’ouverture et match d'ouverture — Australie-Angleterre — se déroulent à Melbourne, au MCG. Les 10 membres de plein droit de l’ICC — Afrique du Sud, Angleterre, Australie, Bangladesh, Inde, Indes occidentales, Nouvelle-Zélande, Pakistan, Sri Lanka et Zimbabwe — sont qualifiés d’office et les 4 places restantes — Afghanistan, Écosse, Émirats Arabes Unis et Irlande — ont été attribuées à l'issue du Tournoi de qualification pour la Coupe du monde. Le format est deux poules de 7 dans lesquelles les 4 premiers sont qualifiés pour les quarts de finale. S'ils se qualifient, les 2 hôtes sont d'ailleurs assurés de jouer à domicile (hors les matchs entre eux qui sont joués en Nouvelle-Zélande…et la finale en Australie).

Melbourne dans la coupe du monde

Fan zone à Melbourne

Melbourne héberge, outre le match et la cérémonie d'ouverture, deux autres matchs de phase de poules, un quart de finale et, comme indiqué ci-dessus, la finale. La ville de Melbourne installe également une fan zone avec écrans géants, scène et bar sur les rives de la Yarra les jours de match au MCG.

Melbourne Cricket Ground

MCG vu du ciel

Le Melbourne Cricket Ground — également appelé “The G” par les locaux — est le grand stade de cricket de la ville, pièce centrale des JO de 56. D'une capacité de plus de 80000 places, il est situé dans le quartier des installations sportives de la ville au sud de Federation Square et héberge entre autres un match par tour et la grande finale de la saison d'AFL, les matchs à domicile des Melbourne Stars — une des deux équipes de la ville en Twenty20 cricket — et le Test match de cricket du Boxing Day.

Melbourne la merveilleuse: Festivals divers, deuxième épisode

Bienvenue dans le quatrième post d’une série consacrée aux événements se déroulant au moins partiellement à Melbourne, capitale sportive et culturelle du pays. Cette fois, nous parlerons encore une fois de divers festivals se déroulant en ville.

Blason de la ville de Melbourne

N.B: Vu que je parlerai de multiples événements, voilà un blason de la ville plutôt que le logo de l’événement 😛

Pause

Logo du Pause fest

Pause est un festival des arts digitaux se déroulant début février dans le centre de Melbourne, principalement autour de Federation Square. On y trouve de nombreuses choses allant de la conférence sur le crowdsourcing à l’atelier Blender mais beaucoup des plus intéressantes choses sont hélas payantes! Sinon, tous les soirs des démonstrations à caractère plus ou moins artistique sont faites, dont par exemple celle-ci:

Démo de Lifx

Arcanacon

L’arcanacon est un festival de jeux ayant lieu le dernier week-end de janvier au sud de Melbourne. Il est très axé wargames et jeux de rôles mais on y trouve aussi quelques jeux de plateaux (Robo rally…) et des stands de magasins où on peut faire des tests 😄

French Fête

Logo French Fête

La French Fête est…une kermesse sous stéroïdes organisée à l’école primaire de Camberwell, comme il sied à son statut d’école bilingue. Parce que en plus des traditionnels stands de nourriture, il y a de la musique (avec de franchement bons groupes en plus):

Groupe de musique sur la scène de la French Fête

des jeux plutôt…inhabituels pour une kermesse:

Jeux à la French Fête

et une loterie avec des prix qui envoient du poney: Renault, qui en temps que sponsor de la mort, offre une Mégane RS!

Renault et ses prix

Midsumma

Logo de Midsumma

Midsumma est un festival d’art se déroulant de la mi-janvier à début février dans le sud de Melbourne. Il y a de nombreux événements répartis dans tout le sud et des pubs dans tous les trams, mais…ils sont quasiment tous payants!

Melbourne la merveilleuse: Festivals divers

Bienvenue dans le troisième post d’une série consacrée aux événements se déroulant au moins partiellement à Melbourne, capitale sportive et culturelle du pays. Cette fois, nous parlerons de divers festivals se déroulant en ville.

Blason de la ville de Melbourne

N.B: Vu que je parlerai de multiples événements, voilà un blason de la ville plutôt que le logo de l’événement 😛

Summersalt

Logo du festival Summersalt

Un festival d’art en plein air durant de la fin janvier à la fin février, il a lieu dans le quartier des arts à Southbank. Il y a de nombreuses œuvres d’art exposées un peu partout dans le quartier des arts, quelques expos et concerts payants et…une appli du festival: Sour times!

Image de Simon la mouette

Sour times est une appli où tu reçois un appel d’un parmi trois personnages: Brenda, Järrréd ou Simon la mouette (ci-dessus). Tu dois ensuite les aider à se remémorer leur soirée…mouvementée. Cette aventure dans Southbank se termine au Proving Grounds, une friche artistique sise non loin du Princes’ Bridge.

White Night

Logo de White Night Melbourne

White night est un festival inspiré des Nuit blanches parisiennes se déroulant fin février. Il voit une très importante affluence, surtout vers Federation Square:

Foule sur Swanston Street pour White night

et des activités un peu partout, notamment des concerts de piano à Melbourne central:

White night à la Shot tower

des concerts de son et lumière à Federation Square:

Son & lumière à Fed Square

et des spectacles de danse sur la Yarra, entre autres (y avait aussi des concerts de musique indienne près du MCG).

Danse sur la Yarra

Un point à noter est que beaucoup de musées, lieux publics et commerces sont ouverts toute la nuit. Dont, par exemple, la cathédrale St-Paul (d’ailleurs, j’apprécie chez les Anglicans leur plus grande variété dans le nom des églises: toutes les églises n’ont pas besoin de s’appeler Notre-Dame 😄):

St-Paul de nuit

Avec pendant une bonne partie de la nuit un concert d’orgue…qu’est-ce que je peux aimer l’orgue…

Orgue de St-Paul la nuit

Moomba

Logo du Moomba festival 2015

Le Moomba Festival est une fête foraine se déroulant à Melbourne lors du week-end de la Fête du travail — célébrée dans l’État de Victoria le second lundi de Mars — et qui a lieu sur les bords de la Yarra depuis 60 ans. C’est un événement qui a chaque année une appréciable participation (même si moins nombreuse…ou plutôt mieux répartie dans le temps que, e.g. White Night) et où figure, comme dans toute fête foraine qui se respecte, des stands de jeux:

Moomba festival vu des allées

mais également des événements nautiques:

Compétition de jetski sur la Yarra

des concerts:

Musique au Moomba festival

et comme point d’orgue de la manifestation, une parade.

Moomba parade

Il faut d’ailleurs noter que chaque jour le festival est ouvert jusque tard dans la nuit (circa 23h) et qu’il y a des feux d’artifices tous les soirs.

La Yarra une nuit de Moomba

Food and Wine festival

Logo du Food & Wine Festival

Le Food & Wine Festival est un festival gastronomique allant de la fin février à la mi-mars. On y trouve de nombreux stands gastronomiques avec des produits tant locaux (bières, vins, fruits, légumes, nourritures diverses et variées) que d’ailleurs (chocolats…). En fil rouge cette année est une boulangerie en plein air qui invite des boulangers du monde entier à servir de boulanger de service un jour ou deux pendant tout le festival (dont, oui, des français: Éric Kayser était de service les 10 et 11 mars)

Boulangerie du Melbourne Food & Wine Festival

Et à bientôt pour le post suivant de la série, sur encore d’autres festivals!

Melbourne la merveilleuse: Open d’Australie

Bienvenue dans le second post d’une série consacrée aux événements se déroulant au moins partiellement à Melbourne, capitale sportive et culturelle du pays. Continuons avec ce qui est probablement l’événement sportif le plus connu se déroulant à Melbourne, du tennis! Logo de l'Open d'Australie

Généralités

L’Open d’Australie est le plus récent des tournois du Grand Chelem (crée en 1905) et également celui dont l’histoire est la plus mouvementée. En effet, il fut souvent boudé par les meilleurs joueurs mondiaux jusque dans les années 80 en raison de son éloignement (surtout dans la première moitié du XXème siècle lorsque l’aviation n’en était encore qu’à ses débuts), des faibles prix offerts comparés aux autres tournois du Grand Chelem, de son organisation tournant entre les divers États australiens jusque dans les années 70 — car si Sydney ou Melbourne sont accessibles relativement aisément pas trop longtemps après les débuts de l’aviation, cela n’aide guère si le tournoi se tient à Adélaïde ou Perth — et de sa date (de la mi à la fin décembre jusqu’au milieu des années 80). En revanche le tournoi est considéré comme un tournoi du Grand Chelem à part entière depuis le milieu des années 80. Il s’agit, à l’image de l’US Open, d’un tournoi sur dur mais avec une surface plus lente que celui-ci et de très reconnaissables courts de couleur bleue. Il est d’ailleurs intéressant de noter que les deux tournois du Grand Chelem sur dur étaient originellement tous deux sur gazon.

Melbourne Park

Vue aérienne du complexe de Melbourne Park
Le complexe de Melbourne Park fut érigé à la fin des années 80 pour héberger l’Open d’Australie. En effet, suite à la sédentarisation de l’Open d’Australie à Melbourne au milieu des années 70, le tournoi avait lieu au Kooyong Stadium, mais suite aux pressions de l’ITF, le complexe de Melbourne Park fut construit non loin du centre-ville, entre le MCG et l’Olympic Park. Parlons maintenant des courts, en commençant par les courts extérieurs.

Show courts & courts extérieurs

Show court n°2
Une vingtaine de courts extérieurs sont répartis dans tous le complexe. Contrairement aux 3 courts principaux, ils n’ont pas de toits et tendent à n’héberger que les tournois de jeunes et pour handicapés à partir des quarts de finale. Par contre, ils voient beaucoup d’activité lors des premiers jours du tournoi et sont le lieu principal des qualifications se déroulant la semaine précédant le tournoi, l’accès desquelles est gratuit.

Melbourne Park Multi-Purpose Venue

Hisense Arena
Le seul des courts de Melbourne Park à être connu également, si pas principalement, par son nom sponsorisé de Hisense Arena, ce court à toit rétractable est plutôt isolé du reste du complexe. Il dispose également d’une piste de cyclisme en salle — couverte par les gradins lorsque l’arène est en configuration court — et héberge les match à domicile des équipes de basketball — Melbourne United — et de netball — Melbourne Vixens — de la ville.

Margaret Court Arena

MCA
Le troisième en capacité des courts de Melbourne Park, ce court à toit rétractable a subi d’importants travaux (mise en intérieur, addition dudit toit rétractable) peu avant l’Open d’Australie 2015 et est nommé en l’honneur de l’ancienne joueuse de tennis australienne Margaret Court. Il s’agit d’ailleurs de l’ancien Show Court n°1, ce pourquoi il n’y a actuellement pas de court n°1. Adjacent à la Rod Laver Arena, il hébergera à partir de la saison à venir tous les matchs à domicile des Melbourne Vixens et une partie de ceux de Melbourne United.

Rod Laver Arena

Rod Laver Arena
Le court principal de Melbourne Park, anciennement appelé simplement le Central Court, il a été renommé en l’honneur de l’ancien joueur australien Rod Laver. Il héberge notamment les finales des événements principaux de l’Open d’Australie, divers concerts tout au long de l’année et est l’ancienne demeure des clubs de basket-ball de la ville.